Catégorie : Actualités

J – 10 jours avant le Salon du Livre du Grand Narbonne !

Rdv samedi 25 mai de 10h à 19h et dimanche 26 mai de 10h à 17h sur le cours Mirabeau au centre-ville de Narbonne.

Au programme, des rencontres avec des auteurs renommés, des ateliers d’écriture ou de dessin pour les plus jeunes, des conférences dégustations aux Halles avec des auteurs culinaires, des débats animés sur les grandes thématiques de notre société, diverses animations, expositions, etc.

➡ Tout le programme : www.legrandnarbonne.com/salon-du-livre

ADISHATZ rescontra Eric ASTIÉ

un Gascon que aprèp un passatge dins l’illa de Guadalope ; tornèt viure a Lodeva ont se parla l’occitan lengadocian.

Ensenhaire d’espanhòl e d’occitan, Eric presa fòrça l’escritura e prepara un libre sus los Marcadors occitans.

Mardi 21 mai de 18 h à 19 h

et dimanche 26 mai de 14 h à 15 h

en direct sur R.E.M 98.4 FM

et en téléchargement sur www.re2m.org

A l’occasion du Salon “Vis ton Vin”à Monségur (33), nous avons eu le plaisir de rencontrer dans un café, le professeur Eric ASTIÉ.

Homme de parole et d’écriture, Eric nous fait partager ses réflexions en langue occitane.

Bona fèsta de la Pentacòsta e que l’esperit occitan vos acompanha ! Adishatz.Alan PÈIRE.

DE MANCAR PAS:

-Nouveau livre de Katy BERNARD aux Ed .Confluences : NOUS ALIENOR!

– Le mardi matin à 7h20′ dans LA MATINALE de MATHIEU sur REM 98.4FM, la chronique occitane

-Séquences de musiques occitanes proposées par SÉBASTIEN SUR R.E.M (98.4FM ou sur http://www.re2m.org) : le MARDI de 19h 20 à 20h et le DIMANCHE de MIDI à 14 h., juste avant le REPLAY d’ADISHATZ .

-Université occitane de Nîmes : 7-11 juillet ( voir site ).

-Université occitane de Laguépie : 15-21 juillet ( voir site )

-Ecole occitane d’été fête ses 50 ans à Villeneuve sur Lot ( voir site ).

CAVALIÈRS TEMPLÈRS EN ARAN

Era Orde des Cavalièrs Templèrs o des Praubes Companhs de Crist deth Temple de Jerusalèm siguec ua des institucions religioses e militars damb mès transcendéncia pendent era Edat Mejana europèa. A compdar deth sègle XIIau, e ath long de lèu dus cents ans acumulèren un poder, ua influéncia e ua riquesa economica basada en tèrres e fortificacions que configurèren un contrapés ara estructura monarquica e feudau dera epòca. https://shorturl.at/xXofv

“Cap e Cap exceptionnel”

  · 

Écoutez le Podcast : https://cutt.ly/BHUTfPx

Une émission avec Pierre Larrouy à l’occasion de la sortie de son roman « Et, un jour, il monta les marches jusqu’à demain » aux éditions UPPR.

Des présentations, des réflexions, des échanges avec Arnaud Benedetti, Brigitte Sebbah, Florence Ginesty, Jean François Mignard, le public, le tout orchestré par Jacques Lavergne.

Le Podcast serae disponible sur notre site : www.espritoccitanie.fr et son Application “Esprit Occitanie”. Également disponible sur Spotify https://cutt.ly/fPzNkup

#espritoccitanie#toulouse#espritoccitanieradio#politique#occitanie

Christiane Taubira solidaire de la Kanaky ” L’Histoire est têtue “

Dans un texte envoyé aux rédactions, l’ancienne ministre de la justice Christiane Taubira affirme sa solidarité avec la population de l’archipel du pacifique, rappelle son histoire coloniale et dénonce “l’amateurisme“ et le ”cynisme” de l’Etat français.

New Caledonia, décida James Cook, nostalgique de son Ecosse natale.

Kanaky, répondent obstinément celles et ceux qui vivaient là, avant qu’on ne « découvrît » leur archipel.
Pacifique, dit obstinément l’océan.

Un peuple en ces lieux refuse de décliner, de dépérir, de s’éteindre.

Ou simplement, de se faner, de renoncer à lui-même.

Ils sont ainsi, les peuples : attachés à leurs racines, leurs cultures, leurs mythes, leurs histoires. Leur
géographie. Louise Michel en convenait.

Peut-on dire que tous les morts se pleurent. Tous. Tous âges. Toutes couleurs. Toutes vies. On peut le
dire. On doit le dire. A fortiori la parole publique.

Peut-on dire que les images sont désastreuses. Que ce ne peut être le fruit du hasard, cette ligne de
couleur : dans les manifestations, puis les barrages, les émeutes, les résidences, les quartiers, les villes.
On le voit. On le sait. On doit le dire.

On ne sort de l’histoire coloniale, de l’empire colonial, des séquelles coloniales, des vestiges coloniaux,
des stigmates coloniaux, des mécanismes et des engrenages, on n’en sort que par la rupture.
On a essayé autre chose. Ici et là : en Amérique, aux Caraïbes, en océan indien.

A-t-on eu tort ?

On : pronom impersonnel.

La liberté, en majuscule, garde une saveur impérissable. L’autorité sur son propre destin est inestimable.
Il faut de la grandeur d’âme. Ne pas louvoyer avec la vérité. Michel Rocard l’avait compris. Il faut
consentir aux efforts, clarifier les malentendus, laisser essaimer les entre-deux, composer avec
l’inachevé. Renoncer un peu pour espérer beaucoup. Jean-Marie Tjibaou en est mort.

La dénégation, candide ou lâche, n’est pas une voie. Les forfanteries d’Etat sont stérile provocation et
infantilisme. Et dans ces cas-là, l’amateurisme est un cynisme.

L’Histoire est têtue. L’avenir peut être fertile.

De partout nous sommes solidaires de toutes celles et ceux qui, là, maintenant, sur cette terre kanake en
ébullition, envers et contre tout, refusent l’injustice et les inégalités, récusent ce destin de désespoir et
de violence. Refusent de le subir. Refusent de l’infliger. Egalité et fraternité ?

Responsabilité.

MOBILISATION OCCITANE LE SAMEDI 1er JUIN A NARBONNE

A l’appel du Collectif ” Pour que Vivent nos Langues ” une mobilisation est lancée samedi 1er juin , dans toutes les régions pour une révision constitutionnelle garantissant  l’enseignement immersif en langues régionales . La Confédération des écoles Calandretas appelle à  cette mobilisation pacifique . A Narbonne , le rassemblement commencera à 11 h devant la sous-préfecture et se poursuivra à 11 h 3O devant l’Hôtel de ville . Les élus locaux sont appelés à y venir en solidarité .

Le mouvement occitan Pais Nòstre sera présent et il demande  à tous ses amis et sympathisants de se mobiliser samedi

1er juin en soutien aux revendications du Collectif ” Pour que Vivent nos Langues ” .

                      . Communiqué Pais Nòstre ( 16-5- 2024 )

Cathares et Protestants

LES TEXTES EN LANGUE D’OÏL, dits « chansons de Geste », souvent servirent à préparer la croisade contre le Midi (les gens du Sud étant réputés ‘hérétiques’, comme les musulmans, et dangereux, comme les juifs)

Michel Jas, ‘Incertitudes, Les cathares à Montpellier’, IEO 2007, p. 68-74 : « Oïl ou Oc : l’esprit de la croisade. Encore une incertitude.

Rita Lejeune écrivait au sujet de « l’esprit de la Croisade » dans le déjà ancien Cahier de Fanjeaux, Paix de Dieu et guerre sainte en Languedoc au XIIIe siècle : « il faut continuer à établir, au delà des textes conservés, une liste acceptable de sujets aujourd’hui disparus » . Le problème qu’elle évoquait consiste dans l’analyse des sources possibles aux épisodes méridionaux des Chansons de geste .

Ces textes qui célèbrent l’époque carolingienne ne nous sont connus aujourd’hui qu’au travers de versions relativement tardives (manuscrits du XIIe et XIIIe siècles) et nordiques (en francien -langue d’Oïl-). Ces épopées essentielles pour comprendre l’environnement émotionnel et culturel du Moyen Age tournent autour des thèmes guerriers : guerre sainte et exploits épiques avec la valorisation de l’idée de Reconquête chrétienne pour l’Europe menacée. Evidemment les siècles se superposent dans la description des évènements. Les Chansons de gestes célèbrent l’héroïsme des carolingiens plusieurs siècles après les célèbres combats stoppant la montée espagnole des sarrasins. Une des plus longues (après la Chanson de Roland) et des plus structurées, forme le cycle de Guillaume d’Orange (ou Guillaume au Court-Nez ou Courb-Nez ou encore Fièrebrace) qui comprend une dizaine d’œuvres poétiques (La chanson d’Aymeri de Narbonne, Les enfances de Guillaume, Le Couronnement de Louis, Le Charroi de Nîmes, La Prise d’Orange, Le Moniage Guillaume, La Chanson de Guillaume, La Chanson d’Aliscans, La Bataille Loquifer ) plusieurs fois remaniées et diversement versifiées. La question est de savoir s’il y eut une tradition épique ininterrompue permettant de remonter à l’époque célébrée.

Joseph Bédier auteur de Les légendes épiques de la France (4 volumes publiés de 1908 à 1913) affirmait que les Chansons correspondaient à de pures créations littéraires et non à des souvenirs historiques. Les thèmes épiques viennent du Nord de la France, même pour le cycle de Guillaume. La prise d’Orange par les Sarrasins (déjà mentionnée par la vie latine de saint Guilhem antérieure aux chansons de geste) ne serait en effet basée sur aucun fait, pas plus que sa Reconquista. La littérature épique en vieux français, création non pas folklorique (ce qui présupposerait quelques restes d’historicité) mais individuelle, après le XIe siècle, ne rencontrerait le Sud du Royaume ou de l’Empire que pour rappeler et célébrer les guerres vers les Marches d’Espagne et pour justifier les différentes étapes du pèlerinage en direction des Saint-Jacques-de-Compostelle ( depuis Aix-la-Chapelle, par Vezelay ou Brioude, le Puy, Alès, Nîmes, Saint-Gilles, Montpellier, Aniane-Gellone, Lodève etc..)

Rita Lejeune refuse le radicalisme critique de Bédier.

Il n’est pas pensable, selon elle, que les régions occitanes n’aient rien apporté au cycle de Guillaume de Gellone ou d’Orange (ou de Narbonne) qui est « leur héros » ! Elle renvoie à l’écriture occitane de la Chanson de la Croisade contre les Albigeois (qui dans sa deuxième partie prend ses distances vis à vis des envahisseurs tout en gardant le style de l’épopée ) et aussi à la Chanson -Canso occitane- d’Antioche pour la Croisade en Orient (qui a pu servir de modèle poétique à la Canso albigeoise). Rita Lejeune qui avait travaillé les sources littéraires et folkloriques antérieures à la Chanson de Roland opte pour l’existence de textes épiques occitans, depuis perdus, témoignant de cet esprit chevaleresque et de combat sacralisé, antérieurs aux rédactions tardives en langue d’Oïl. Les remaniements de ces textes témoignent de leur ancienneté qui serait enracinée dans les traditions locales et orales (donc situées et issues d’un désir populaire), puis de leur adaptation aux thèmes à la mode.

« Tout le Midi de la France a été directement touché – et en profondeur – par le problème de la reconquête et de la conquête sur le monde arabe; il a participé aux Croisades d’Espagne, phénomène beaucoup plus vital pour lui que pour les provinces du Nord. Aussi, s’il y a jamais eu un esprit permanent de croisade dans les régions de France au Moyen Age, et cela pendant des siècles, c’est bien dans celles qui bordent le Golfe du Lion, des Pyrénées aux Alpes – Roussillon, Languedoc, Provence: ces régions avaient trop pâti des incursions ou des établissements des Arabes sur leurs côtes. La reconquête franque de Charles Martel et de Pépin le Bref a durement marqué les villes du littoral de l’embouchure du Rhône à la Catalogne. Sous Charlemagne, en 796, la bataille sur l’Orbieu ou l’Orbiel par laquelle Guillaume de Toulouse parvint, au prix de lourdes pertes, à stopper une invasion de Sarrasins débarqués dans les environs de Narbonne a été ressentie par toute l’histo¬riographie du temps comme un événement de première grandeur. Aussi, ne faut-il pas imputer au hasard le fait que la geste de Guillaume et des Narbonnais constitue le plus vaste ensemble cohérent de nos chansons de geste . Issue du Midi, cette geste des Narbonnais a certainement produit, et fort anciennement, des récits autochtones (…) Les textes de ces versions ont disparu à un moment qu’il nous est impossible de fixer actuellement.»

Apôtre du mouvement occitan, Robert Lafont essaye de prouver, non pour réhabiliter évidemment l’esprit de quelque guerre sainte, mais pour rendre justice à la force poétique du Midi, une antériorité des textes occitans censurés et « recouverts » par le Français : « C’est de cette façon que se mit en place un retournement des traces. A chaque fois qu’un texte épique occitan était retrouvé, il était tenu pour postérieur au texte français. Les Occitans ne pouvaient avoir la tête épique que par procuration ! Et cela dure encore ! » Robert Lafont désigne l’abbé Suger de Saint-Denis-en-France comme certainement le premier responsable de l’effacement occitan au profit des monarques capétiens par une francisation délibérée de certaines Chansons de geste (Fierabas et la seconde partie de Girard de Roussillon) !..

Et pourtant si nous voulions en rester aux sources actuellement disponibles, textes du XIIe ou XIIIe siècles et écrits en langue d’Oïl, il serait tentant de voir derrière les combats glorifiés des amis et de la famille de Charlemagne, dans la geste de Guillaume particulièrement, l’annonce (ou la description) des Croisades en Orient bien sûr, mais aussi de cette cruelle guerre sainte qui ravagera (« purifiera ») en vingt ans le Midi occitan .

Associer les Sarrasins, aux juifs ou aux hérétiques était chose courante dans le légendaire, par exemple le pictural, de l’époque !

….De là à voir quelque intention apologétique dans la relique du bois de la vraie croix apportée à Gellone par Guilhem fils d’Aymeri de Narbonne dans ce Midi réputé docétiste, rationaliste ou dualiste … !

….De là à soupçonner quelques représentations derrière la figure du Géant pagano-Sarrasin, nouveau Goliath, combattu par les héros chrétiens de la geste au XIIe siècle … La tradition locale identifie les ruines du château de Verdun qui domine Saint-Guilhem-le-Désert au château du Géant maléfique.

« Des lors il s’en va, Guillaume le fier

Droit au Désert à côté de Monpellier

A la fontaine au pied du Rocher ;

Un habitacle il y trouve et une chapelle

Les Sarrasins l’avaient toute ravagée.

Là s’installe Guillaume. »

Le Moniage Guillaume I (version courte) v. 848- 853. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chanson_de_geste…

Parlem OCCITAN

Par Alain Pierre  ·   · 

ADISHATZ rescontra Natalia e Eric ROULET del grop GRIC DE PRAT que festeja 30 ans de creacion musicala e de concèrts a travèrs l’Euròpa .

Aquel grop mai que mai familial participa a un fum d’animacions musicalas: concèrts, passa-carrièras, ripataulèras,taulejadas, desfilats de caramentrant (carnaval ), messas cantadas…Contacte : 05.56.63.14.63 o https://gricdeprat.com

I aurà tanben una badinada mandada per Sandra PASTEUR SALLEFRANQUE sul corric : adishatz33yahoo.fr:”l’escudet o lo badge!”

Mardi 7 mai de 18 h à 19 h

et dimanche 12 mai de 14 h à 15h

en direct sur R.E.M 98.4 FM

et en téléchargement sur www.re2m.org

La compagnie GRIC DE PRAT revisite la tradition gasconne pour la façonner à la mesure de notre monde contemporain.

Leur répertoire métissé mêle les instruments traditionnels et modernes pour accompagner des chants d’amour et d’humour.

Leur nouvel CD “AQUITÀNIA” est tiré de leur spectacle bilingue conté et chanté ( pour l’avoir , contacter GRIC DE PRAT ).

ADISHATZ e bèla dimenjada festiva del 08 de mai !

Alan PÈIRE.

DE MANCAR PAS:

-LA PASSEM : 30 avril ( despart : 15 h TARBES – arribada : 5 mai 12h MONT DE MARSAN

-Course pour la langue) occitane ( 1100kms ,5 départements de Tarbes à MONT de Marsan.)

SITE : lapassem.com (TOTAS E TOTS AL MONT PER L’ARRIBADA! ).

-FÊTE DE L’AGNEAU avec le groupe GRIC DE PRAT à SENTA COLOMBA DE DURÀS (47), dimanche 12 mai 2024:

10h30 messe en occitan avec Jòrdi PASSERAT et l’abbé AUGUSTIN ( défilé en costumes traditionnels )

12h30: passa camin musical jusqu’à la mairie pour un apéritif offert

13h 30 : repas avec animations ( musique, danses, galéjades, contes…) ,repas sur inscription obligatoire au 06.73.22.50.14 (22 euros50 ,enfants de moins de 10 ans 12 euros 50 ).

-Nouveau livre de Katy BERNARD aux Ed .Confluences : NOUS ALIENOR!

– Le mardi matin à 7h20′ dans LA MATINALE de MATHIEU sur REM 98.4FM, la chronique occitane

-Séquences de musiques occitanes proposées par SÉBASTIEN SUR R.E.M (98.4FM ou sur http://www.re2m.org) : le MARDI de 19h 20 à 20h et le DIMANCHE de MIDI à 14 h., juste avant le REPLAY d’ADISHATZ .

-Vous êtes un(e) citoyen ou un(e)élu(e) et vous souhaitez introduire une animation occitane dans votre association ou collectivité girondine : contact Tederic CAHUZAC,chargé de mission du CD : t.cahuzac@gironde.fr ou 06.27.55.71.87.