Auteur/autrice : Jean-Luc DAVEZAC

PAS TOUCHE A L’OCCITANIE !!!

Ce texte d’Olivier Biscaye est très significatif, je m’arrête surtout sur l’identité Occitane, les difficultés et le temps qu’il a fallut pour avoir enfin une région qui correspond à notre histoire et à notre culture. La démarche sur le fonctionnement pour les territoires est source aux débats, la région OCCITANIE : NON !!! Ce texte peut être le départ à des réactions…

Que recherche Emmanuel Macron en lançant la réforme des institutions ? Mis à part le bazar, on ne voit pas très bien. Un désordre qui se traduirait entre autres lubies par la remise en question de la région Occitanie, sept ans après sa création. Et là, on dit non, pas touche à notre Occitanie !

C’est un gag ? Un mauvais gag…

S’amuser avec la carte des territoires commence à bien faire. Au nom de quoi ? De quelle logique politique ? De quelle ambition économique ? Cet ensemble des treize départements s’est installé avec le temps malgré toutes les hostilités historiques et les antagonismes. Et ça marche.
Portés par une entité puissante, les projets vont plus vite et plus loin, on a des exemples à la pelle à fournir au chef de l’État. Le débat qui s’accompagne autour de la proximité des politiques sur le terrain n’est par ailleurs pas sérieux. Autant que celui de l’allègement du millefeuille administratif.
Redécouper la région sans toucher aux Départements et s’interroger sur les autres collectivités, en installant de surcroît des conseillers territoriaux, c’est ça la trouvaille singulière de l’Élysée ? Un gag tout au plus. Mais un mauvais gag.

                                 Olivier Biscaye , Directeur de la rédaction de MIDI LIBRE   ( Edition du 5 février 2023 )

Calandreta deth Coserans et Occitan

Vendredi 27 janvier, les membres des bureaux des associations Calandreta deth Coserans et Occitan en Couserans ont organisés un temps d’échange avec les Mairies des communes ayant des enfants scolarisés dans notre école.

Cela nous a permis de leur présenter le projet Calandreta et d’échanger ensuite lors d’un moment convivial autour d’un apéritif dînatoire. Un riche moment d’échange.

Nous remercions l’ensemble des élus qui ont pu être présent.

Non à la LGV Bordeaux Toulouse : une aberration économique, écologique et sociale

Août 2022 : les incendies de l’été ont déjà ravagé des milliers d’hectares de forêts dans les Landes de Gascogne. Le projet LGV Bordeaux – Toulouse – Dax en détruira 6 300 supplémentaires dont des vignobles et de bonnes terres agricoles. Tout cela pour “gagner 30 minutes” entre Bordeaux et Toulouse. La ligne TGV existe, il suffit de la réaménager, comme le proposent les élus et associations locales. Même l’Europe refuse de subventionner ce projet inutile et très coûteux, alors que les lignes du quotidiens sont majoritairement abandonnées.

Ce projet endettera les générations futures pour qui, pour quoi ?

Pourquoi faut-il agir maintenant ?

Le projet LGV Bordeaux – Toulouse – Dax est une aberration tant sur le plan financier qu’écologique et social.

Il a été largement refusé par la population lors d’une enquête d’utilité publique le 30 mars 2015. La commission d’enquête publique, à la majorité de ses membres, émet un avis défavorable relatif au projet LGV, 90% des votants ayant voté contre. Madame Borne, alors ministre des transports, avait “enterré” le dossier. Or, en fin de mandature de Monsieur Macron… il réapparaît.

Rappelons l’impact néfaste de ce projet sur les habitants, la biodiversité et le paysage :
– Ce projet détruira 403 propriétés bâties, un cimetière à Roquefort, une station d’épuration, huit sites Natura 2000, 413 espèces animales et végétales dont 197 protégées, la vallée du Ciron (classée exceptionnelle) ainsi que des paysages jusque là intacts.
– 53 millions de m3 de matériaux devront être déplacés soit 2 360 camions par jour pendant 10 ans.
– Une taxe spéciale va être créée pour 3 000 communes TSE soit près de 5 millions d’habitants qui, pour la plupart, ne prendront jamais ce train ! Les villes intermédiaires n’étant même pas desservies, ce projet est réellement déconnecté des besoins de la région.
– Ce projet, estimé à 14 milliards d’€, ne sera pas soutenu par L’Union Européenne. Madame Karima Delli, Présidente de la Commission transports au Parlement Européen ayant déclaré à Lyon le 22 juin 2022 : “Nous n’avons pas retenu le projet de ligne à grande vitesse GPSO. Il nous a semblé que les alternatives fondées sur les lignes existantes permettraient de diminuer fortement l’empreinte environnementale du projet et seraient plus utiles à la mobilité quotidienne des habitants.”

Ce projet permettrait de “gagner du temps” et de développer les territoires. De quoi parle-t-on réellement ?
– D’un un gain de temps minime : Paris – Toulouse sans arrêt : 36 minutes de “gagnées”; avec arrêts à Agen et Montauban : 26 minutes de “gagnées”.
– Par ailleurs, un train qui ne s’arrête pas dans les gares ne peut contribuer à l’aménagement du territoire… Marmande, Langon… Par ailleurs Agen est une agglomération qui se développe très bien avec le TGV actuel, et notons que Toulouse est largement desservie par l’avion (qui n’est pas la meilleure solution écologique), le train de nuit remis en service, et le TGV Paris Bordeaux Toulouse.
– Mont de Marsan marginalisée, en 2027 l’Espagne fera circuler des trains jusqu’à la frontière à 250km/h mais sur des voies différentes que celles utilisées en France.

Une grande partie des habitants va donc subir les taxes, les destructions, la pollution, les nuisances sans profiter de ce train qui leur passera sous le nez. La priorité est donc la réhabilitation des lignes existantes, des lignes du quotidien, des trains de nuit et du fret.
Ces arguments visant à la rénovation des voies existantes rejoignent ceux de la Cour des Comptes, du Conseil d’analyse économique et social, de la Commission des finances de l’Assemblée Nationale, de la Commission économique du Sénat, des Assisses ferroviaires, du CESE, de dizaines d’élus du Sud-ouest, d’associations (Trans’Cub, Sepanso 33, France Nature Environnement, TGV en Albret et bien d’autres associations y compris de chasseurs…).

Si tous ces arguments (montages financiers plus que fragiles, taxes imposées aux riverains, destruction de forêts et de paysages) ont convaincu les députés européens de refuser leur soutien, rien n’est gagné. En effet, les promoteurs du projet vont déposer un nouvel appel à financement en septembre 2022 pour le mécanisme d’interconnexion en Europe.

Signons la pétition massivement avant la fin septembre pour dénoncer ce projet et bloquer ces financements ! Il est important de faire entendre nos voix trop méprisées jusqu’alors, aidez-nous !

Pour que ce projet soit définitivement enterré, il est urgent de se mobiliser. Nous demandons à Madame Elisabeth Borne, Madame Carole Delga, Monsieur Alain Rousset de travailler en concertation avec la population sur une solution alternative de réhabilitation des lignes existantes.

Soutiens de la pétition : TGV-albret (qui regroupe nombre d’associations), Collectif stop LGV Bordeaux Métropole (pour les transports du quotidien), Association de sauvegarde des Landes de Gascogne, l’ASDLG de Saint Martin de Curton…

4 257

sur 5 000 signatures


SOUTENIR LA PÉTITION

*Prénom*Nom*E-mail*Code postal*Cette plateforme est propulsée par Greenpeace. Je souhaite continuer à agir pour la planète et recevoir des informations de la part de GreenVoice et de Greenpeace.Oui, tenez-moi au courant !Non, ne me tenez pas au courant.Téléphone

Vos données resteront strictement confidentielles ; elles ne seront ni vendues ni échangées conformément à notre politique de confidentialité . La désinscription est possible à tout moment.JE SIGNE

En cliquant sur « JE SIGNE », je confirme avoir pris connaissance et accepter la politique de protection de données de Greenpeace et j’accepte de rester informé·e sur cette campagne.

Gérard ZUCHETTO la troba

Un pauc de trobar… amb la publicacion de las 32 cançons dels trobaires anonimes.

Un peu de trobar… avec la publication des 32 chansons des troubadours anonymes. 1 livre avec 2cds.

edicions Troba Vox

Un brochet à retrouver… avec la publication des 32 chansons des trouveurs anonymes.

Un peu de trobar… avec la publication des 32 chansons des troubadours anonymes. 1 livre avec 2cds.

Trouver les éditions Vox

GARDAREM L’ESTIVADA

Collectif Gardarem l’Estivada

Suivre cet auteur

Destinataire(s) :

Monsieur le Maire de Rodez,

La pétition

Pour le maintien d’un festival occitan inter-régional à Rodez.

Depuis 1995, avec l’Estivada Rodez devient le temps de quelques jours, la capitale de la création, de la diversité, de la richesse et du dynamisme de la langue et de la culture occitanes, et au-delà, de l’ensemble des cultures et langues minoritaires de France et d’ailleurs.

Le 27 janvier 2023, par voie de presse, nous avons appris que le festival emblématique faisant depuis près de 30 ans la fierté du public, des organisateurs, bénévoles, associations et artistes qui s’y retrouvaient, allait disparaître. Ainsi est balayé d’un trait de plume un festival gratuit et fédérateur, où se côtoient rencontres littéraires, débats, spectacles intimistes et concerts grand public dans une ambiance conviviale et festive.

Chaque année, ce sont des dizaines de milliers de festivaliers venus de la France entière qui s’y retrouvent. Des concerts en soirée où se mêlent toutes les générations, locuteurs et non-locuteurs de la langue occitane, militants ou pas, preuve d’une culture occitane bien vivante et généreuse.

Fidèle aux valeurs occitanes du paratge et de la convivéncia, l’Estivadaa toujours fait la part belle aux rencontres, aux projets fédérateurs, dans une dimension d’ouverture à l’autre et d’inter-régionalité. Qui ne se souvient pas d’avoir partagé de grands moments d’émotions un soir d’Estivada en écoutant la poésie berbère d’Idir ? Qui ne s’est pas reconnu à travers les chansons de Nadau ? Qui ne s’est pas « boulégué » au son de Mauresca, des Goulamas’k, du Dalfin ou de Massilia ? Qui n’a pas vécu des moments forts aux spectacles de l’après-midi à la MJC ou à la chapelle royale ? On ne compte plus les personnes qui ont découvert ce qu’était la richesse de la langue et de la culture occitanes en parcourant les stands des éditeurs et des associations (associations culturelles, associations d’enseignants…).

L’Estivada est la tête de proue des évènements occitans et l’une des plus belles vitrines pour la promotion, la valorisation et la sociabilisation des langues et des cultures minorisées. La supprimer c’est  porter un coup très dur au public nombreux, à tous ceux, artistes, musiciens, chanteurs, auteurs, éditeurs, comédiens et opérateurs culturels qui se battent au quotidien pour que la culture soit diverse et pour tous. Les langues régionales sont un facteur de cohésion sociale et de vivre-ensemble, des ponts entre différentes cultures et générations, une preuve d’ouverture sur le monde.

L’Estivada est profondément liée au territoire et à ceux qui y vivent. C’est la fierté des Aveyronnais qui y retrouvent leurs racines bien vivantes, qui y mettent à l’honneur leurs produits locaux, qui s’y massent nombreux dans un esprit de fête de village que l’on ne retrouve pas toujours dans d’autres festivals. Le succès de ce festival à Rodez depuis 1995 ne doit rien au hasard. Rodez est au cœur de l’espace occitan, dans un environnement où la langue occitane est présente depuis longtemps à travers notamment l’enseignement bilingue public et immersif associatif. La ville dispose enfin d’un solide tissu associatif occitan.

Pour tout cela et parce qu’elle ne peut être dissociée de la ville qui l’a vu naître et grandir, L’Estivada doit rester occitane et ruthénoise. 

Merci de signer et faire signer autour de vous. Merci aux personnalités (élus, universitaires, artistes, écrivains…) de signaler dans un commentaire « l’étiquette » sous laquelle ils souhaitent apparaître publiquement.

La sopa al piston / La soupe au piston

Théâtre occitan sur-titré en français
Per les Galejaires de l’Institut d’Estudis Occitans d’Arièja

Lors d’une cérémonie organisée par la municipalité, à l’occasion du départ à la retraite de la secrétaire de mairie, la maire s’apprête à prononcer un discours.
Après de multiples rebondissements elle ne pourra jamais le terminer.
Sur un ton délibérément comique la pièce la pièce dépeint un instant de la vie d’une commune rurale. Les rumeurs, les petites histoires vont bon train et les relations de copinage (le piston) jalonnent toute la pièce.
S’il le souhaite, le spectateur pourra extrapoler le contexte municipal de la pièce à de plus grands échelons…

Participation libre au chapeau

Dictée occitane à CHARRAS

Belle journée de promotion et de défense de la langue occitane lors de la 19ème édition de la dictée occitane le samedi 28 janvier 2023 à CHARRAS. Dictée faite par Fabienne GARNERIN d’un texte intitulé “Vendetta” écrit spécialement pour cette occasion. Chaque participant a reçu comme présent le livre “Joan GANHAIRE” publié aux Presses universitaires de la Méditerranée extrait de la thèse de doctorat soutenue par Fabienne GARNERIN.

Présence d’une dizaine d’auteurs occitans contemporains.

MACAREL TOLOSA


Branle-bas de combat… Macarel sort de son hibernation !
– Réouverture de la boutique Macarel Tolosa, 7 sur 7, de 10h30 à 13h et de 14h30 à 18h30, avec la tchatche de Danis le dimanche et lundi, et le professionnalisme de Stéphane les autres jours !
– Grande Macarelada en vue le 25 février : après les 20 ans de Macarel, on fête les 60 ans de son co-fondateur. E òc, lo temps passa per tot lo monde… Il a perdu quelques cheveux dans l’aventure mais l’enthousiasme reste entier !
– Et en cette année de Coupe du Monde de Rugby, on décerne d’entrée le carton rouge à Christian Teyssèdre, maire de Rodez, qui veut remplacer l’Estivada par un festival bien commercial qui n’aura plus rien d’occitan ! VERGONHA sus el !!!
Pour finir, on vous souhaite, un peu tard mais le coeur y est, una Bona Annada, plan granada, e de fòrças autras acompanhada !
Tenetz-vos fièrs e al còp que ven !